Cette version de site est ancienne, vous pouvez vous rediriger vers la nouvelle version en cliquant par ici : www.jetsetmagazine.net
FermerLoadingEnvoyer cet article à un ami
Votre message a bien été transmis.
Jetset Magazine vous remercie de votre fidélité.
Problème lors de l'envoi
Nous nous excusons, réessayez plus tard.

Jean -Loup Amselle présente « L’anthropologue et le politique »

le Temps | Publié le 20.09.2012

L''anthropologie politique est un instrument de découverte et d'étude des diverses institutions et procédures permettant de gouverner des hommes, ainsi que des systèmes de pensée et des symboles qui les fondent et les légitiment.


C’est dans ce cadre que Jean-Loup Amselle,   anthropologue et ethnologue africaniste français à l’ةcole des Hautes ةtudes en Sciences Sociales (EHESS), rattaché au Centre d'études africaines (Ceaf) et rédacteur en chef des Cahiers d'études africaines présentera demain vendredi 21 septembre  à l’’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC)  à Tunis, son dernier livre «  L’anthropologue et le politique ». Formé en anthropologie sociale et en ethnologie, Jean-Loup Amselle a réalisé des travaux sur le terrain au Mali, en Côte d'Ivoire et en Guinée  et a fait des recherches sur des thèmes comme l'ethnicité, l'identité le métissage… L'auteur montre comment cette démarche  de certains auteurs qui pensent trouver dans les sociétés primitives des remèdes au mal-être et au désenchantement démocratique actuel   est marquée par un déni d'historicité en décrivant des cultures censées être demeurées immuables. Loin d'être une évidence, l'implication politique de l'anthropologue dans la vie de la cité semble susciter l'hostilité de tous ceux qui entendent cantonner son activité dans le périmètre de sa discipline, celui de la seule exploration des sociétés dites « primitives ». A leur encontre, Jean-Loup Amselle fait ici valoir la pertinence du regard classique de l'anthropologue pour l'analyse des sociétés « modernes ». Pas seulement parce qu'il y aurait une leçon à tirer d'un détour par les sociétés « primitives », mais parce que la prise en considération de la raison anthropologique se révèle efficace pour saisir les ressorts d'un monde « moderne » que l'on prétend régi par des causes exclusivement économiques. L’anthropologue est en mesure d'affirmer que s'il ne faut pas attendre des sociétés « primitives » un modèle de renouveau politique possible, il ne faut pas davantage croire les sociétés « modernes » exemptes de toute « pensée magique », comme le démontrent, pour une part, la crise financière actuelle et, pour une autre, les heurts culturels, religieux, ethniques ou nationalistes qui surgissent sur l'ensemble de la planète.

Kamel Bouaouina

photo soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireeAnniversaire Meriemphoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soireephoto soiree
Jetset Mag
Party pics
Où sortir
Agenda Culturel
Beauté et mode
People
The Place To Be
City guide
Auto